AGRICULTURE

PAC, OGM, bio, circuits courts, aides,... Qu'en disent-ils ?

Emmanuel MACRON

  • Droit au chômage aux agriculteurs pour leur permettre de surmonter les périodes de baisse d’activité.
  • Garantir des prix justes pour que les agriculteurs puissent vivre de leur travail.
  • Organiser un Grenelle de l’alimentation avec les représentants des agriculteurs, des industries transformation, de la distribution et des consommateurs, afin de définir un partage équilibré.
  • Faciliter l’accès au foncier agricole.Construire l’agriculture du futur, innovante et diversifiée : formation agricole, simplification administrative, l’agro-tourisme, soutenir l’innovation et la recherche.
  • Libérer le travail, alléger les charges.
  • Lancer un plan de transformation agricole de 5 milliards d’euros sur 5 ans.

Marine LE PEN

  • Appliquer le patriotisme économique aux produits agricoles français.
  • Transformer la Politique Agricole Commune en Politique Agricole Française.
  • Refuser les traités de libre-échange.
  • Encourager l’installation des jeunes agriculteurs, par le biais de défiscalisations durant les premières années.
  • Interdire l’importation des produits agricoles et alimentaires qui ne respectent pas les normes de production françaises.
  • Refonder la politique agricole commune pour garantir l’autosuffisance alimentaire, la relocalisation et l’agriculture écologique et paysanne.

François FILLON

  • Créer un « compte épargne aléas climatiques et économiques » alimenté librement pendant les années de bonne récolte, utilisable en cas de pertes d’exploitation.
  • Fonder la PAC 2020  sur la gestion des risques et sur le soutien à l’investissement.
  • Réformer le droit de la concurrence et appliquer systématiquement la préférence communautaire pour que l’Europe défende les agriculteurs européens.
  • Simplifier drastiquement le droit des entreprises agricoles pour laisser les agriculteurs choisir librement la forme juridique de leur entreprise.
  • Abroger par ordonnance toutes les normes ajoutées à la réglementation européenne.
  • Rendre éligibles au crédit impôt recherche des projets de recherche ou d’expérimentation labellisés dans les exploitations, notamment sur les pratiques agricoles, pour faire de chaque agriculteur un « paysan-chercheur ».
  • Redéfinir les relations entre l’agence de la biodiversité et l’office national de la chasse et de la faune sauvage et réorganiser la police de l’environnement autour d’un service unique.

Jean-Luc MÉLENCHON

  • Engager la réforme agraire pour faciliter l’installation des jeunes agriculteurs en limitant la concentration des terres et la course à l’agrandissement et créer 300 000 emplois agricoles grâce à des prix rémunérateurs et une refonte de la PAC.
  • Stopper les projets de fermes usines.
  • Développer l’agriculture biologique, proscrire les pesticides chimiques, instaurer une agriculture diversifiée et écologique et promouvoir les arbres fruitiers dans les espaces publics.
  • Favoriser les circuits courts, la vente directe, la transformation sur place et plafonner les marges de la grande distribution par un coefficient multiplicateur limité pour garantir des prix rémunérateurs aux producteurs et interdire les ventes à perte pour les agriculteurs.

Benoit HAMON

  • Accompagner la transition agricole avec une PAC verte.
  • Consacrer 400 millions d’euros de la Politique agricole commune au financement des agriculteurs prêts à adopter le modèle agroécologique.
  • Lancer un programme d’investissement de 5 milliards d’euros dans le bio et l’agroécologie.
  • Favoriser l’autonomie alimentaire et les circuits courts.

Nicolas DUPONT-AIGNAN

  • Instaurer une exception agricole à l’OMC et dans tous les accords commerciaux sur le modèle de l’exception culturelle.
  • Renouer avec la PAC et ses 3 volets : préférence communautaire, prix garantis et quotas.
  • Création et la promotion d’un label unique « Fait en France ».
  • Privilégier les circuits courts dans le domaine agricole.
  • Interdire les OGM tels qu’ils sont créés jusqu’ici mais ne pas s’opposer systématiquement aux avancées de la science.
  • Soutenir l’installation des jeunes agriculteurs.
  • S’appuyer sur le projet de l’EMB de programme des responsabilisation face au marché pour le secteur laitier européen.
  • Alléger les cotisations sociales agricoles.
  • Mettre en place une politique volontariste de gestion de l’eau incluant la possibilité de retenir l’eau excédentaire de l’hiver pour l’utiliser l’été.
  • Accompagner les agriculteurs dans l’installation de méthaniseurs agricoles pour produire des biogaz..

Jean LASSALLE

  • Affecter aux campagnes, “grande cause nationale”, un budget de 3 milliards prélevé sur la Politique Agricole.
  • Changer le mode de rémunération des agriculteurs pour rémunérer moins les volumes et plus les personnes, y compris les conjoints d’exploitants.
  • Subventionner l’investissement quand il réduit la pression sur l’environnement : permaculture, non-labour, séchage en grange, méthanisation,…
  • Inciter à des négociations sur le partage de la valeur au sein des filières agricoles, en particulier sur les signes de qualité, sur le modèle de l’AOC Comté.
  • Restaurer des quotas laitiers en bovins, ovins et caprins pour rendre de la prévisibilité aux éleveurs ; de même si nécessaire dans d’autres productions.
  • Améliorer la couverture du risque météo pour l’agriculture, en s’inspirant de l’expérience de l’Espagne.
  • Prendre plus en compte le respect des animaux dans la labellisation en élevage.
  • Moderniser la chaîne de l’abattage et de la boucherie (- 20 M€).
  • Renouveler les programmes de l’enseignement agricole : bio, terroir… En faire des pôles d’innovation.
  • Couvrir tout le territoire en haut débit : pénaliser les opérateurs en cas de non-couverture.
  • Autoriser les collectivités à prendre des mesures de protection du terroir, comme interdire les cultures OGM.
  • Favoriser l’ouverture de marchés étrangers, comme ceux du Maghreb, à nos productions agricoles.
  • Soutenir les échanges internationaux entre agriculteurs (- 3 M€).

Philippe POUTOU

  • S’en prendre aux capitalistes de l’agrochimie en interdisant les intrants chimiques (engrais, pesticides, herbicides, fongicides…) et de la distribution en construisant des circuits courts.
  • Reconstituer un tissu économique de proximité, avec des ateliers de fabrication et des marchés locaux.
  • Reconvertir l’agriculture en tout biologique sur 10 ans.

François ASSELINEAU

  • Mettre en place une taxe à l’importation pour protéger notre agriculture nationale familiale.

  • Remplacer la PAC par la PNA (Politique Nationale Agricole).

  • Garantir un revenu digne et stable aux agriculteurs en favorisant un prix juste à la vente des productions.

  • Rapprocher les producteurs des consommateurs en favorisant les circuits courts : création d’Agridistrib.

  • Mise en place d’un nouveau POS et garantie des aides alimentaires aux ONG  tel les « Restos du Cœur ».

  • Interdiction des OGM, y compris dans la nourriture animale.

  • Libérer le commerce de semences anciennes et interdire le brevetage des nouvelles semences.

  • Favoriser le recyclage des produits alimentaires non conformes.

  • Aider les jeunes agriculteurs (y compris des urbains) à s’installer.

  • Assurer la gestion sociale en créant, au sein de Pôle Emploi, une structure dédiée à cette filière, notamment en matière d’emplois saisonniers.

Nathalie ARTHAUD

  • Exproprier les grands groupes capitalistes du monde agricole par les travailleurs serait un progrès pour la majorité de la population et pour la grande masse des petits paysans eux-mêmes.

Jacques CHEMINADE

  • Coordonner avec les pays des BRICS la mise en œuvre d’un nouvel ordre économique mondial gagnant-gagnant.

  • Organiser un moratoire et une restructuration de la dette des agriculteurs.

  • Mettre fin aux négociations sur les traités de libre-échange (CETA, TAFTA).

  • Arrêter d’accumuler les normes et réglementations « écologiques » ou « climatiques ».

  • Combattre l’oligopole des quatre grandes centrales d’achat.

  • Multiplier les circuits courts afin de couper les ailes aux vautours financiers.

  • Réserver une partie de la commande publique aux producteurs locaux.

  • Faire de l’accès au numérique un service public.

Les autres thématiques

Enter your keyword