IMMIGRATION

Accueil des migrants, droit de vote, allocations, naturalisation, frontières,... Qu'en disent-ils ?

Emmanuel MACRON

  • Proposer que chaque étranger en situation régulière arrivant en France ait droit à une formation linguistique suffisante pour atteindre le niveau B1 (permettant la naturalisation).
  • Réduire les délais d’obtention des visas « talents ».
  • Développer les visas de circulation pour les professionnels.
  • Assurer une prise de décision en 8 semaines pour les demandes d’asile. En cas de recours, le jugement interviendra dans un délai de 6 à 8 semaines.
  • 5 000 hommes mobilisables par la nouvelle Agence européenne de garde-frontières et de garde‑côtes.
  • Appuyer l’installation de points de contrôle dans les de départ et de transit des migrants pays avant l’arrivée dans l’UE, l’aide à la lutte contre les passeurs et le retour des migrants non autorisés à entrer dans l’UE.

Marine LE PEN

  • Rétablir les frontières nationales et sortir de l’espace Schengen.
  • Rendre impossible la régularisation ou la naturalisation des étrangers en situation illégale.
  • Réduire l’immigration légale à un solde annuel de 10 000.
  • Supprimer le droit du sol : l’acquisition de la nationalité française sera possible uniquement par la filiation ou la naturalisation dont les conditions seront par ailleurs plus exigeantes. Supprimer la double nationalité extra-européenne.
  • Promouvoir l’assimilation républicaine, principe plus exigeant que celui d’intégration.

François FILLON

  • Inscrire dans la Constitution le principe de quotas fixés par la loi, plafonnant le nombre de titres de séjour pouvant être délivrés chaque année au titre de l’immigration professionnelle et familiale.
  • Ne verser les prestations d’allocations familiales ou d’aide au logement qu’à ceux qui résident régulièrement en France depuis plus de 2 ans. Les prestations de sécurité sociale ou d’assurance chômage continueront à être versées à ceux qui cotisent.
  • Supprimer l’Aide Médicale d’État et la remplacer par une dispense de frais de santé limitée à la prise en charge des mineurs, des urgences et des maladies infectieuses.
  • Éloigner les étrangers en situation irrégulière en restaurant le principe du placement en rétention, y compris pour les familles, en portant la durée maximale de rétention administrative de 45 jours à 6 mois et en sanctionnant les pays non coopératifs dans la délivrance des laissez-passer consulaires par la réduction des visas délivrés à leurs ressortissants et de l’aide au développement.
  • Subordonner l’acquisition de la nationalité française à la majorité sous conditions.

Jean-Luc MÉLENCHON

  • Faciliter l’accès à la nationalité française pour les personnes étrangères présentes légalement sur le territoire.
  • Rétablir la carte de séjour de dix ans comme titre de séjour de référence pour les étrangers.
  • Créer une Organisation mondiale des migrations liée à l’Onu pour renforcer l’action internationale.
  • Organiser une conférence internationale annuelle sur les migrations, sous l’égide de l’Onu.
  • Arrêter les guerres par une diplomatie active et indépendante au service de la paix.
  • Mettre fin aux accords commerciaux inégaux qui déstabilisent des pays entiers.
  • Agir contre le dérèglement climatique par des transferts de technologies et l’aide financière et matérielle à la transition dans les pays les plus vulnérables.
  • Assumer notre devoir d’humanité envers les réfugiés arrivant en Europe.
  • En Europe, sortir de l’impasse de Schengen et de Frontex.

Benoit HAMON

  • Accorder le droit de vote aux étrangers pour les élections locales.
  • Mieux intégrer les réfugiés.
  • Donner aux demandeurs d’asile une autorisation de travailler après trois mois de présence sur le territoire et renforcer les moyens affectés à l’accès à l’apprentissage de la langue française.

Nicolas DUPONT-AIGNAN

  • Supprimer l’aide médicale d’État et la remplacer par une aide médicale exceptionnelle et provisoire (urgences sanitaires et maladies contagieuses).
  • Rétablir les contrôles aux frontières et recruter, pour cela, « 10 000 policiers de l’air et des frontières ».
  • Fin de l’espace Schengen.
  • Interdire les mariages avec les étrangers en situation irrégulière.
  • Voter chaque année au Parlement un plafond d’immigration correspondant aux capacités d’accueil.
  • Pour les étrangers en situation irrégulière : augmenter le délai maximal de rétention administrative de 45 jours à 12 mois.
  • Durcir les règles en matière de regroupement familial en faisant passer le délai minimal pour faire venir sa famille de 18 mois à 5 ans.
  • Supprimer le régime d’exception accordé aux Algériens.
  • Créer des quotas d’étudiants étrangers par filière et par pays.

Jean LASSALLE

  • Conclure avec les pays d’Afrique qui le souhaiteront, des traités équilibrés, qui excluront le pillage et le détournement de leurs ressources.
  • Les Africains y trouveront une chance de plus pour s’épanouir avec bonheur sur leurs terres, auprès de leurs familles, pour que leur société évolue sans cassure, et pour prendre plaisir à partager leurs richesses culturelles avec le reste de l’humanité afin d’éviter  le malheur  qui pousse sur les routes de l’exil des millions d’hommes, de femmes et d’enfants ; Comme jadis nos montagnes se vidaient de leurs forces vives pour grossir le prolétariat des villes.
  • Renforcer les effectifs des douanes et les forces aux frontières où se concentre l’immigration illégale (Mayotte, Guyane…).

Philippe POUTOU

  • Régulariser tous les sans-papiers.
  • Établir le droit de vote des étrangers résidant en France à toutes les élections.
  • Plus globalement, abroger toutes les lois racistes et islamophobes qui institutionnalisent les inégalités.

François ASSELINEAU

Le / la candidat(e) n’a pas exprimé clairement, sur son site internet de campagne, de proposition sur ce thème.

Nathalie ARTHAUD

  • Arrêter la démagogie contre les migrants.
  • Accueillir ces migrants d’une façon digne et humaine.

Jacques CHEMINADE

  • La nécessaire régulation de l’immigration ne peut être réellement mise en place que de deux façons : en assurant le développement des pays du Sud, pour y créer des emplois qualifiés, hors de la tutelle de la City, de Wall Street, du FMI et du consensus de Washington, et en créant avec chacun de ces pays de vraies formules de co-développement et de partenariat pour la formation et l’intégration économique et sociale.
  • Rétablir le principe républicain d’intégration, rendu possible par une économie en développement réel.
  • Détacher l’Immigration et le développement solidaire pour les rattacher à un ministère nouveau de la Coopération, du Co-développement et de l’Immigration.

Les autres thématiques

Enter your keyword