SANTÉ, ACCÈS AUX SOINS

Remboursements, Télémédecine, numerus clausus, CMU, hôpital public, personnels, ... Qu'en disent-ils ?

Emmanuel MACRON

  • Créer un service sanitaire de 3 mois pour tous les étudiants en santé.
  • Améliorer la prévention (génération sans-tabac).
  • Remboursement des lunettes, des prothèses dentaires et de l’audition :  objectif de 100% de prise en charge pour 2022.
  • Doubler le nombre de maisons pluridisciplinaires de santé.
  • Se battre contre les déserts médicaux.
  • Développer l’accès à la télémédecine.
  • Généraliser la vente de médicaments à l’unité.
  • Accélérer le déploiement des groupements hospitaliers de territoire.
  • Adapter les formations de santé pour répondre aux nouveaux défis et aux attentes des professionnels.
  • Consacrer 5 milliards d’euros à un plan d’investissement en soins primaires, dans l’innovation en santé, dans le déploiement de la télémédecine et dans l’hôpital de demain.

Marine LE PEN

  • Garantir la Sécurité sociale pour tous les Français ainsi que le remboursement de l’ensemble des risques pris en charge par l’Assurance maladie.
  • Relever le numerus clausus d’accès aux études de santé.
  • Lutter contre les déserts médicaux en instaurant un stage d’internat dans les zones concernées.
  • Maintenir au maximum les hôpitaux de proximité et augmenter les effectifs de la fonction publique hospitalière.
  • Créer un cinquième risque de Sécurité sociale consacré à la dépendance.
  • Supprimer l’Aide Médicale d’État réservée aux clandestins.
  • Baisser le prix des médicaments coûteux et développer la vente à l’unité des médicaments remboursables.
  • Création d’une carte Vitale biométrique fusionnée avec le titre d’identité.
  • Protéger la complémentarité du double système de santé public et libéral.
  • Maintenir l’interdiction de la GPA et réserver la PMA comme réponse médicale aux problèmes de stérilité.
  • Revaloriser l’Allocation aux Adultes Handicapés.

François FILLON

  • Rembourser une consultation de prévention tous les deux ans pour tous les Français. Elle sera assurée par le médecin traitant qui verra reconnaître son rôle clé dans le « maintien en bonne santé » de la population. Plus complète, elle durera plus longtemps qu’une consultation moyenne et sera rémunérée en conséquence.
  • Régionaliser le numerus clausus et les épreuves classantes pour s’adapter aux besoins des territoires en matière de présence médicale.
  • Combattre les déserts médicaux et réduire les temps d’attente aux urgences en développant les maisons médicales et les structures d’urgences pour les premiers soins.
  • Garantir une offre de téléconsultation sur tout le territoire.
  • Accélérer le développement des « parcours de soins ».
  • Abroger l’article 83 de la loi Touraine sur l’obligation d’appliquer le tiers payant.
  • Demander à l’assurance maladie de rembourser la totalité du coût de lunettes pour les enfants.
  • Ramener l’assurance maladie à l’équilibre d’ici à 2022.

Jean-Luc MÉLENCHON

  • Intégrer la médecine du travail au service public de santé et garantir ses moyens. Restaurer la visite médicale obligatoire à l’embauche.
  • Ouvrir l’accès de la médecine du travail aux chômeurs et instaurer une visite obligatoire pour les chômeurs au-delà de six mois.
  • Reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle.
  • Légaliser et encadrer la consommation, la production et la vente de cannabis dans des conditions permettant de lutter contre l’addiction par le contrôle de la qualité des produits et des quantités écoulées.

Benoit HAMON

  • Augmenter le nombre de centres de planification familiale et de structures pratiquant des interruptions volontaires de grossesse (IVG).
  • Lutter contre les déserts médicaux. Objectif : 1500 maisons de santé.
  • Lancement d’un quatrième PLAN CANCER.
  • Lutter contre les pesticides et les perturbateurs endocriniens.
  • Légaliser l’euthanasie active.
  • Réformer la fixation du prix des médicaments.
  • Moins rembourser les médicaments de confort.
  • Mettre en place une équité des aides aux complémentaires santé.
  • Mettre en place un grand plan national sport et santé.
  • Renforcer la prévention contre l’alcool et le tabac.
  • Rediscuter la tarification à l’activité.
  • Créer une mission d’accès aux soins, intégrée aux agences régionales de santé (ARS) et disposant d’un budget spécifique et de personnels dédiés, pour établir un diagnostic précis des besoins dans chaque région et centraliser les offres.
  • Lancer pour l’hôpital un plan d’amélioration des conditions de travail et de recrutement, la rénovation des bâtiments vétustes, pour qu’ils soient plus fonctionnels et plus accueillants.
  • Développer le numérique : « Hôpital digital 2022 ».

Nicolas DUPONT-AIGNAN

  • Augmenter le numerus clausus de médecins d’1/3 et atteindre 10 000 praticiens par an.
  • Permettre aux médecins s’établissant dans les déserts médicaux de toucher plus de revenus.
  • Dispenser des cours de santé/bien-être au collège et sensibiliser les adolescents aux méfaits de la « malbouffe ».
  • Revoir à la hausse tous les tarifs de remboursements des actes les plus lourds.
  • Rembourser à chaque Français âgé de plus de 40 ans un bilan de santé régulier.
  • Interdire l’implantation d’antennes-relais à proximité immédiate des lieux hébergeant des personnes fragiles, notamment les écoles.
  • Revaloriser de 15% le salaire de médecin scolaire.
  • Relancer la recherche médicale publique et doubler les subventions à L’INSERM.
  • Assurer un taux de prise en charge de la sécurité sociale de 100% pour les prothèses dentaires.
  • Rembourser à 100% d’une paire de lunettes tous les 4 ans sur un panel des montures et de verres négociés.
  • Rembourser le montant d’une prothèse auditive tous les 5 ans.
  • Élargir les conditions d’accès à la CMU pour les plus de 65 ans.
  • Mettre fin à l’obligation de tiers-payant généralisé.
  • Revaloriser à 35 € le montant de la consultation médicale pour les généralistes.
  • Augmenter les effectifs des aides-soignants et des aides médicaux psychologiques en EHPAD.
  • Revoir l’organisation de l’hôpital public.
  • Assurer la mise sur le marché au prix européen des médicaments reconnus innovants et relocaliser la production de médicaments stratégiques en France.

Jean LASSALLE

  • Supprimer le numerus clausus à l’entrée des études médicales. Instaurer pour les médecins à l’installation, en sortie d’études (comme en Belgique) un numerus clausus localisé.
  • Arrêter la logique de regroupement des établissements de santé, qui laisse sans maternité des pans entiers de notre territoire.
  • Recruter 80000 aides-soignantes et infirmières supplémentaires.
  • Affecter des généralistes aux services d’urgences des hôpitaux.
  • Confier aux facultés de médecine (non plus aux laboratoires) la formation continue des médecins.
  • Alléger les tâches administratives de suivi que remplissent les soignants.
  • Évaluer l’efficacité des “médecines alternatives et complémentaires”, leurs bénéfices en termes de prévention.
  • Définir une politique d’ensemble sur les handicaps, intégrant les handicaps non visibles. Prévoir la prise en compte, dès avant un diagnostic précis de maladie ou handicap, des difficultés majeures identifiées.
  • Construire des hébergements de vacances accueillant à la fois les personnes âgées, ou handicapées, et celles qui les aident.
  • Affecter des jeunes du Service National, formés, à l’assistance au handicap ; d’autres pour animer les maisons de retraite et les EHPAD.

Philippe POUTOU

  • Créer 120.000 emplois pour maintenir des établissements de proximité, comprenant au moins un service d’urgence, une maternité et un service de chirurgie.
  • Exproprier les actionnaires des cliniques privées pour intégrer ces établissements au service public de santé.
  • Être rembourser à 100% par la Sécurité sociale et donc supprimer les assurances «complémentaires santé».
  • Interdire tout dépassement d’honoraires.

François ASSELINEAU

  • Garantir la Sécurité sociale publique pour tous. Inscrire la Sécurité sociale dans la Constitution.

  • Chacun doit pouvoir contribuer selon ses moyens et chacun recevoir selon ses besoins.

  • Arrêter les déremboursements de médicaments imposés par l’Union européenne.

  • Assurer un meilleur remboursement des frais de santé pour tous les Français, notamment les soins oculaires et dentaires.

  • Réévaluer les salaires du personnel des hôpitaux de l’Assistance publique.

  • Stopper les regroupements d’établissements et redonner l’indépendance à la médecine de ville comme en milieu hospitalier.

  • Lancer une grande politique publique de médecines douces et alternatives.

  • Adapter le numerus clausus aux besoins de la France. Dimensionner en conséquence les capacités de formation.

Nathalie ARTHAUD

  • Mettre en place la gratuité de tous les soins.
  • Embaucher massivement dans tous les services publics, dans les hôpitaux, dans l’éducation, les transports.

Jacques CHEMINADE

  • Stopper les autorisations de mise sur le marché de fausses nouveautés visant à contourner les génériques et contrôler plus sévèrement les prix des molécules innovantes.
  • Changer le mode de rémunération des pharmaciens pour qu’ils ne soient plus sous la dépendance directe de l’industrie pharmaceutique.
  • Réduire les dépenses de produits somnifères, anxiolytiques et thymorégulateurs.
  • Rembourser à 100 % les soins dentaires, d’optique et auditifs, après un examen approfondi par la nouvelle agence de Sécurité sociale.
  • Supprimer le forfait actuel de 18 euros sur les actes médicaux lourds.
  • Accroître le nombre de scanners et d’IRM.
  • Encourager la télémédecine.
  • Pour l’hôpital, la T2A doit être abandonnée, au profit d’une rémunération à la pathologie et à la performance.
  • Amélioration de la logistique et de l’organisation interne de l’hôpital.
  • Favoriser le regroupement des hôpitaux et des structures.
  • Augmenter le nombre de médecins formés.
  • Mettre à contribution les services médicaux de l’armée.
  • Réorganiser les maisons de santé.
  • Intégrer dans la rémunération à l’acte un montant forfaitaire par patient, modulé en fonction de critères comme la gravité et la nature de la pathologie.
  • Obligation pour les médecins de soigner tous les patients couverts par les dispositifs publics destinés aux plus précaires.
  • Prévoir une hausse progressive de 20 % de salaire pour les infirmiers.
  • Augmenter les moyens dévolus aux unités de soins palliatifs.

Les autres thématiques

Enter your keyword